Contactez nous au: +33 (0)9 70 460 949
Adresse email
Mot de passe

  • La plupart des grandes villes modernes se distinguent rapidement dès le premier coup d'œil, qu'on les survole ou qu'on les traverse en voiture : Paris et sa Tour eiffel, New York City et la silhouette de ses tours, etc. Mais il est rare de trouver des villes anciennes plus intimes qui s'identifient et se distinguent dès qu'on y pénètre, sans signe, ni symbole. Nous en avons pourtant trouvé une récemment alors que nous étions à Bologne, en Italie. Cette ville de 400 000 habitants est située dans la plate vallée centrale du Pô sujette à la brume dans la région Émilie-Romagne. Cette partie de l'Italie est davantage connue pour son agriculture que pour son architecture. La disposition et le caractère visuel de Bologne produisent cependant un effet immédiat dès lors que l'on entre dans la rue principale, mélange d'âge, de classicisme, d'humanité, d'irrévérence et de caractère, patinée d'un rose terreux omniprésent. Les italiens surnomment cette ville la grassa, la dotta, la rossa (gourmande, intelligente et rouge). Bologne possède un passé de ville progressiste depuis 1088, époque où la première université d'Europe y fut fondée. Elle a également été un centre artistique, d'érudition juridique, de résistance pendant l'occupation allemande et, bien sûr, un centre gastronomique, l'invention de la mortadelle, des tagliatelles et des tortellinis lui étant attribuée. La nourriture y est une chose si sérieuse qu'on dit que Bologne est le berceau de L'Ordre des Tortellini, comptant de nombreux membres, tous engagés pour la préservation de ces pâtes traditionnelles. 

  • Du point de vue architectural, Bologne se caractérise tout d'abord par ses passages voûtés, qui offrent 37 km d'élégantes allées traversant la ville. Leur beauté est renforcée par le fait qu'elles aient été conçues afin de remplir une importante fonction sociale. Le climat de la région est marqué par d'importantes précipitations en hiver et par une chaleur intense en été. Si ces éléments sont bons pour la culture, ils sont moins compatibles avec l'interaction humaine, pour laquelle les chaleureux habitants de Bologne sont connus. Les passages couverts permettent aux gens de se promener tranquillement et de se mêler les uns aux autres sans s'encombrer de parapluies, parasols ou autres distractions. Ce système présente les avantages d'un centre commercial sans ses limitations ou inconvénients. La nature d'un passage voûté, contrairement à celle des passages à plafond plat, fait qu'elle attire l'œil vers le haut, d'une manière céleste. Les voûtes élèvent l'esprit, telles de mini-cathédrales pour piétons. Vous ne pourrez pas garder les yeux en l'air trop longtemps néanmoins car Bologne est aussi la capitale des chiens de la région et leurs propriétaires n'ont pas l'habitude de les retenir.

  • La ville est parsemée de bâtiments et places historiques dont certains peuvent sans peine rivaliser avec bien d'autres monuments d'Italie, tant sur le plan historique qu'architectural. On peut avoir l'impression que les autres villes italiennes ont tout fait pour maintenir Bologne dans l'ombre. Il y a bien sûr un précédent historique à cela. La construction de la fantastique Basilica di San Petronio, datant de 1392, fut interrompue par le Pape, qui était apparemment jaloux de son ampleur. Ceci explique qu'on a aujourd'hui à faire à une énorme construction en briques au dessus du premier étage en marbre terminé, curieux exemple d'architecture occidentale. Le résultat est aussi bizarre que la grossière Fontaine de Neptune et les tours penchées. La ville compte aussi bon nombre d'œuvres contemporaines, telles que l'installation graphique célébrant les membres de la résistance Nazi et servant de précurseur culturel au mémorial des vétérans du Vietnam de Maya Lin.
    Pour plus d'informations sur les arcades et l'architecture de Bologne, visitez le site http://www.dwr.com/images/newsletter/bologna3.html.

  • Un autre aspect saisissant de Bologne se trouve dans la texture visuelle globale des rues romaines. Les compositions de couleurs et de surfaces, qui remontent à 1 500 ans, s'allient aisément au mode de vie contemporain, comme si Bologne était un laboratoire de civilisation. Les détails éveillent le regard et les sens sur des choses que la plupart d'entre nous ne remarquons habituellement pas, un cappuccino joliment décoré dans le café d'une allée, par exemple. On comprend facilement pourquoi le peintre Giorgio Morandi était heureux de vivre à Bologne et pourquoi le Pape pouvait s'inquiéter des expériences sensuelles de ce lieu, qui fut avec justesse désignée capitale européenne de la culture en l'an 2000.

    Pour en savoir plus sur la texture de Bologne, visitez le site http://www.dwr.com/images/newsletter/bologna4.html

    Texte reproduit avec la gracieuse permission de Design Within Reach

Expérimentez une véritable visite de la Toscane avec

Trouvez une villa pour moi
Recherche
Sauvegarder comme marque-page
To Toscane sur Facebook